Copyright © 2003 Hubert Girardeau
L'hyperstéréoscopie est le fait de prendre une base stéréoscopique (écartement entre les deux objectifs) supérieure à l'écartement des yeux (6,5 centimètres en moyenne), tout en respectant la règle de Colardeau.
Il se peut que vous ayez envie de photographier un paysage lointain. Si vous prenez une petite base stéréocopique, les vues droite et gauche seront identiques, et dans le stéréoscope, vous ne percevrez aucun relief.

Si le premier plan est très éloigné, n'hésitez pas à prendre une base stéréoscopique de plusieurs mètres, voir de plusieurs dizaines de mètres. (exemple : PARIS pris en hyper stéréoscopie depuis les coins de la dernière plateforme de la TOUR EIFFEL )
Le couple stéréoscopique ainsi réalisé présentera au stéréoscope un effet de maquette avec tout son relief comme vous ne pourrez jamais le voir dans la réalité, sauf si vous étiez un géant avec un écart oculaire de plusieurs mètres.

Les armées de l'air réalisent des prises de vue en hyperstéréoscopie: un avion volant en ligne droite, à vitesse constante fait une série de clichés avec un appareil photo motorisé à l'aplomb d'une zone. Entre chaque cliché la base est proportionnelle à la vitesse de l'avion; elle peut être grande.
Les clichés sont ensuite regardés au stéréoscope. Les maisons, les arbres, les pylônes électriques..., tout semble réduit à l'état de maquette avec du relief comme jamais personne ne pourra le voir depuis un avion.
- SOMMAIRE - MOTS CLEFS